Accueil > Artistes / Auteurs / Editeurs > Dréano Soazig

Dréano Soazig

Née en 1972, Soazig Dréano devient graphiste-illustratrice et vit au sud de Nantes. Elle intervient, dessine dans le plus bel atelier : la nature ! Elle apprécie tout ce qui touche la biodiversité et dessine en approche naturaliste, seule ou en groupe, sur son territoire, ou vers des horizons lointains…
En 2002, adepte du pinceau chinois, Soazig se fait baptisée alors “ Reporter au pinceau“ ! En croquant dans l’urgence la vie, un style pictural original émerge. Ces croquis forment des traces rythmées sur ses carnets de reportage ou de voyage.
A l’aise dans la rencontre, Soazig ZZ reçoit ses premières commandes sur des événements : fêtes, colloques, festivals, résidences… Depuis 25 ans, elle aime transmettre ses savoirs via des ateliers artistiques et d’arts graphiques. Elle touche des publics inter-générationnels et plus spécifiques, des élèves (CP au lycée).
Repérée pour son approche particulière, elle participe à ECORCE, projet pilote d’éducation à l’environnement auprès du département des Deux Sèvres. Ce projet vise à rendre l’enfant acteur, sur des problématiques environnementales, dans une approche croisée scientifique et artistique. Le dessin sert alors de prétexte pour une reconnexion de l’enfant à la nature via d’autres apprentissages, à l’expression sensible et à la confiance en soi.

Festival 2017

Soazig Dréano réalise un de ses rêves en 2016 : la découverte de l’Islande, pays de lumières.

Elle en revient avec des carnets inédits qu’elle présente au Festival Carnets d’ici et d’ailleurs 2017. Partie seule en Islande en septembre 2016, après une courte pause dans la capitale colorée, elle repart vers le nord, vers le cercle arctique pour visiter la région des fjords vers Akureyri.

Elle rejoint un groupe de francophones, et visite la réserve naturelle de Myvatn, les fjords du nord avec Alkemia (agence de voyage atypique). Voyager en petit groupe permet aussi de belles rencontres. Le dessin est adapté pour exprimer et ressentir ce territoire changeant traversé d’énergies telluriques… Dessiner non-stop, pour garder trace du vécu.

Une première édition en livre d’artiste (à partir des sept carnets de terrain), a été bouclée très vite après ce séjour automnal et coloré : ce carnet a circulé entre les mains des personnes présentes et suite aux rencontres d’Islandais/es.

En avril 2017, Soazig retourne à Reykjavik et tout au nord près du cercle Arctique,
pour réaliser des portraits d’habitants engagés dans leur manière de vivre et dans leur rapport à la nature. vivre la facette hivernale du pays (neige ?). Elle espère croiser le renard polaire, le faucon gerfaut, et des être vivants jamais croisés encore sur cette Terre (?!)…Car l’ Islande est aussi le pays des elfes, êtres du Petit Peuple !

Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour découvrir le carnet.


Festival 2010

Curieuse de rencontres et d’ailleurs, je suis à ma place sur le terrain en reportage avec mon pinceau chinois : pour le plaisir, pour des commandes, pour créer du lien entre générations et transmettre un savoir-faire lié au support carnet… Voyages, reportages dans les villes, festivals, musées, expositions en direct, performances, ateliers avec des enfants (classes, centres de loisirs et de vacances), avec des publics mixtes, dans des éco-systèmes et zones sensibles, j’aime faire du carnet un support pour développer l’expression personnelle, apprendre sur l’environnement, échanger entre générations, support de la mémoire pour des habitants et créer ensemble avec bonheur…

Indépendante à la Maison des Artistes depuis 2002, affiliée à la Charte des Auteurs, Illustrateurs Jeunesse, je travaille comme illustratrice en reportage dessiné en plus de mon activité de graphiste. Baptisée en 2002 par le Théâtre des 7 Lieues Soazig ZZ “ reporter aux pinceaux” en raison de ma démarche, je vis au sud de Nantes, nomade de métier, j’aime être sur la route pour y faire des rencontres, en garder des traces, mettre en place des projets uniques et restituer cette trace sous différentes formes (édition, expositions) au public concerné ensuite.


Festival 2006

En 2003, la rencontre avec Agnès Bellec, bibliothécaire du quartier Pontanézen à Brest, va faire germer le projet d’intervention autour de ce même quartier, en pleine Opération de Renouvellement Urbain.

En 2004, Soazig présente sa démarche de carnettiste-reporter auprès de l’équipe de la CUB qui la fait intervenir d’abord à la fête du quartier, en juin 2004. Lors d’entretiens informels, elle esquisse des « portraits-interview ». Il se passe alors quelque chose de particulier, les habitants l’observent, puis comprennent l’attention, l’intention du regard porté sans préjugé et la parole se libère...
Soazig s’imprègne de l’ambiance générale de « Ponta » par un travail graphique et photographique pour retraduire avec son regard à elle l’atmosphère, dans sa globalité. Après 10 jours de résidence en octobre, habitante du quartier, ses carnets se remplissent, d’autres circulent les mois suivants entre la bibliothèque et quelques habitants.
Par le biais d’une réalisation collective de carnets, Soazig souhaite faire émerger des mémoires vivantes du quartier, une expression de chacun de ses résidents et une forme de reconnaissance aussi...
Les outils du carnet et du dessin permettent de libérer la parole et de faire surgir de manière sensible l’histoire de ces habitants, l’image et la mémoire de Pontanézen. Un projet de publication, avec un travail d’archives et le résultat des interventions en cours, permettront de rendre public, à terme, ce travail de mémoire initié par Soazig en 2004.


Résidence 2005

Soizig Dréano finalise le reportage sur la "Vie à Pontanezen" sous forme de "Portraits interview", témoignages vivants pour les habitants. En Juin 2003, les brestois ont pu la rencontrer à l’occasion d’un atelier carnet de voyage avec des enfants. En octobre de la même année elle est en résidence 10 jours sur le quartier de Pontanézen. Elle lançait alors l’aventure "Histoire(s) de Ponta », à l’invitation de la médiathèque soutenue par le Developpement Social Urbains (DSU).

Lors des entretiens qu’elle mène auprès des habitants, elle dessine les portraits (avec leur accord), elle reprend les paroles dites, retranscrites telles quelles.
Elle s’imprègne de l’ambiance de ces lieux de vie par un travail graphique (croquis au pinceau chinois) et photographique pour retraduire l’atmosphère du quartier, dans sa globalité.

Soizic vient retrouver les habitants un an après, ouvrir son champ d’investigation, constater l’évolution du quartier et imaginer avec les différents acteurs la restitution de ce travail. Elle poussera sa route vers les jardins ouvriers, collectifs et familiaux en lien avec ceux qui les font vivre, les habitants, les associations (Vert les jardins, ...)


Festival 2003

Bretonne, poursuivie par ses 30 printemps… Soazig vit à Nantes.

Passe-temps favoris dès l’enfance : construire des cabanes, fouiner et … dessiner ! A 13 ans, premier voyage, en Hollande qui lui donne l’envie d’écrire sur un cahier d’école, fourni par des collages divers.

Après le bac, études d’Arts Appliqués à Nantes, section graphisme.

A 19 ans, elle attrape le virus du voyage : découverte de l’Allemagne (et des joies de l’auto-stop !). Rentre en 1992 aux Beaux-Arts, et démarre à son compte comme graphiste-illustratrice peu de temps après… Elle trouve du plaisir à dessiner dans l’urgence, et marie avec bonheur pastels secs et encres…

Pendant 5 ans, Soazig visite l’Europe, d’Est en Ouest : de Prague aux anciennes vallées glaciaires d’Irlande… Premier carnet de voyage mêlant photos, dessins et textes. A 25 ans, elle découvre l’Afrique du Nord, la Tunisie d’abord et le Maroc ensuite. Le choc est intense, à la fois chromatique et culturel. De gros carnets viennent s’aligner dans les étagères suite à ces séjours. Depuis, elle rêve d’aller au désert…

A chaque préparatif de voyage, le matériel de dessin trouve immédiatement sa place, au fond d’un sac

« Des rencontres, encore des rencontres ! Avec un crayon et un papier, le dialogue avec l’autre s’instaure de manière magique. J’ai réalisé que le carnet est un moyen fabuleux de communiquer, malgré les barrières de langue ou de culture… » Longtemps, elle a considéré ce travail comme personnel, et le rangeait dès son retour de voyage. Depuis 2002, Soazig ne boude plus son plaisir à ouvrir ses carnets. L’an dernier, elle a demandé au Théâtre des Sept Lieues si elle pouvait accompagner leur itinérance estivale, comme carnettiste. Ce projet fut accepté. Depuis cet instant Soazig ZZ est baptisée « reporter aux pinceaux » !

Ce carnet tente de retracer la vie intense qu’est celle d’une compagnie itinérante, le temps d’un été.

« Croquer, saisir au vol les instants de grâce, les spectacles, les chutes de moral, tout ce qui fait une tournée de théâtre itinérante en roulotte et à cheval, avec ses fêtes et ses déboires… »

Bien lui en a pris : son carnet titré « Théâtre Nomade sous les étoiles » a été sélectionné pour le concours du magasine Grands Reportages, parmi d’autres lauréats, en 2002…

Voir en ligne : http://zzdreano.blogspot.com

Documents