Accueil > Artistes / Auteurs / Editeurs > Bichon Philippe

Bichon Philippe

Festival 2015

Le crayon exercé par ses années en agence d’architecture, Philippe Bichon découvre seul le monde un carnet à la main pour s’imprégner pleinement du décor et s’ouvrir à la rencontre. Ses carnets « bruts de voyage » publiés fidèles aux originaux où le récit côtoie croquis, aquarelles et témoignages, séduisent par l’authenticité et la spontanéité du récit et des illustrations. Il partage également sa passion en animant des stages au Maroc, en Jordanie...

Au festival, Philippe Bichon expose ses carnets d’Asie Centrale, réalisés en Ouzbékistan & Tadjikistan lors d’un voyage seul de 9 semaines en 2013. Ces carnets de route allient croquis, aquarelles, récit et témoignages et offrent un regard sur ces deux pays d’Asie Centrale. L’Ouzbékistan, au patrimoine architecturel très riche, mais un peu trop touristique désormais, offre moins d’aventure que son pays voisin. Le Tadjikistan a séduit l’auteur par ses paysages de montagne et son hospitalité persane, des Monts Fans au Pamir, en passant par la vallée du Wakhan, face à l’Afghanistan. Le carnet, une fois de plus, fut un formidable passeport tout au long du voyage, pour favoriser la rencontre et l’échange.

Philippe Bichon est aussi l’invité de la médiathèque du quartier de la Cavale Blanche où il présente l’exposition « Le Yémen du bout de mon pinceau ». Si l’«  Arabia Felix » d’autrefois n’est plus tout à fait heureuse, et n’était pas encore enfoncée dans un conflit armé quand il a récemment arpenté ce pays, elle l’a étonné, ainsi que le peu de voyageurs qui osent s’y aventurer, par son architecture et son authenticité. Il régnait alors dans les rues de la ville de Sanaa ou dans les villages des djebels un vrai parfum d’aventure et bien loin des clichés, au cœur du souk ou dans les ruelles.

Bichon Philippe

Il a conçu un diaporama musical sur fond de sonorités orientales jouées en direct sur son oud où musique, photos, croquis, et aquarelles réalisés sur le vif lors d’un voyage de 6 semaines en solitaire, nous offrent un regard sur ce pays méconnu, aujourd’hui sous les feux de l’actualité.

Diaporama musical mardi 26 mai à 18h30. Exposition du 27 mai au 4 juillet

Bichon Philippe

Publications

  • Carnet de route Ethiopie (BleuEditions) — nouveauté 2014
  • Carnets de route précédents : Yémen - Birmanie - Iran - Petit Tibet - Inde Rajasthan
  • Iran « Petit passeport pour le monde » (Elytis)
Bichon Philippe

Festival 2013

Carnets de route « bruts de voyage »

Philippe Bichon ne se définit ni comme un peintre ni comme un écrivain mais comme un voyageur qui aime partager ses voyages. Il a désormais délaissé son travail en agence d’architecture pour se consacrer à sa passion du carnet de voyage.
Ses carnets "bruts de voyage", publiés fidèles aux originaux où le journal côtoie croquis, aquarelles et témoignages écrits des gens croisés, séduisent par l’authenticité et la spontanéité du récit et des illustrations. Plus qu’un journal, le carnet est un lien, un moyen d’échange avec les gens croisés sur la route. Ceux-ci y laissent d’ailleurs une trace en écrivant de leur main un témoignage.

Il présente ses carnets récents édités (Birmanie, Yémen et Petit Tibet) et son carnet original d’Ethiopie. Réalisé lors d’un voyage seul en 2011, de Harar la musulmane à l’Abyssinie chrétienne, son carnet offre un regard sur ce pays au delà des clichés. Le dessin sur le vif a une fois encore généré de belles rencontres, dévoilant toute l’hospitalité de ce peuple digne et fier de son histoire. 

Festival 2010

Depuis son 1er voyage seul en 1993, Philippe part avec des cahiers de dessin qu’il fait relier le dernier jour sur place avec une couverture locale. Au fil des errances solitaires, son journal se remplit de croquis et aquarelles réalisés sur le vif, comme le récit, et non retouchés par la suite. Celui-ci devient une œuvre collective car les personnes rencontrées laissent un témoignage écrit dans leur langue, et y dessinent même parfois. Plus qu’un journal, le carnet devient ainsi un lien, un moyen d’échange avec les gens croisés sur la route.

Encouragé par les uns et les autres, il publie désormais ses carnets et participe à plusieurs expositions, festivals et salons. La démarche originale plaît ; une petite collection de carnets atypiques prend forme.

Grâce à une édition très fidèle au carnet original, la spontanéité de ses croquis, aquarelles, récit et témoignages écrits en différents alphabets de la main des personnes rencontrées, nous transporte aussitôt sur les pas du Globecroqueur.

Son dernier ouvrage nous emmène en IRAN pour 5 semaines « brut de voyage ». Avec ce carnet persan, l’envie du partage cède à celle du témoignage et l’auteur se sent investi d’une mission : faire connaitre le pays au-delà des clichés et idées reçues.

Il présentera ses carnets originaux et dédicacera les publiés :

Iran, Inde : M.P. & Bénarès, Inde : Rajasthan, Egypte & Petra

Festival 2006

Le regard et les crayons affûtés par sa profession de collaborateur d’architecte, le palois met ses congés à profit pour parcourir le monde un carnet à la main, en solitaire pour mieux profiter des rencontres et disposer de toute la liberté pour remplir les pages. Après dix ans de carnets en noir et blanc, il s’essaye en autodidacte à l’aquarelle, lors de ses deux derniers voyages en Inde, pays de couleurs s’il en est. Il a publié chez BleuÉditions deux de ses carnets de route : « Bruts de Voyage » : Inde (Rajasthan), Egypte et Petra. Véritables fac-similés de ses originaux réalisés sur place, ces carnets se distinguent par l’importance du récit.

Voir en ligne : http://www.globecroqueur.com