Accueil > Festival 2017 > Les films au programme du festival

Les films au programme du festival

Au programme, huit films sélectionnés par Véronique Pondaven et Bruno Pia, pour voir le voyage et le monde autrement.

CARNETS DE LUTTES ET DE MEMOIRES

Projection samedi 11 h
L’archipel des âmes en peine , de Nico Peltier et Pablo Salaun, 77’

Au-dessus du cercle polaire arctique Russe, une ville minière issue du Goulag : Vorkuta. On y croise nomades autochtones, travailleurs immigrés et descendants de déportés politiques.

En 2013, la ville fête officiellement ses 70 ans. Le mineur soviétique a perdu sa stature, la rentabilité des mines est insuffisante et les accidents courants. Perdu au beau milieu de la toundra, cet îlot urbain construit sur les ossements de prisonniers du monde entier voit sa vie s’éteindre.


CARNETS DE MUSIQUE

Projection samedi 13 h
Tom, d’ici et d’ailleurs , de Philippe Lubliner, 52’, 2016
Société de production : Les 48° Rugissants

Tom Simon, 20 ans, jeune musicien brestois, vit entre sa passion pour le blues et ses démons qui l’entrainent depuis l’âge de 15 ans à "exploser les limites". De case foyer en case justice, d’hôpital en addictions, Tom pose sur lui-même un regard sans concessions : "Je n’ai pas trouvé les réponses, mais au moins je me suis posé les bonnes questions".

Et les questions ne manquent pas. Car Tom Simon s’appelle aussi Idriss Hussein, né et adopté en 1995 à Djibouti. Alors, avec la musique pour passeport, Tom ne cesse de voyager, de concerts de rue en pubs musicaux, de festival en studio d’enregistrement, tout en caressant le projet de partir à la rencontre de cet autre lui-même, là-bas, sur la terre d’Afrique de l’Est qui l’a vu naître.


CARNETS DE MUSIQUE

Projection samedi 15 h

Trobadors, un voyage occitan , de Sarah Benillouche, 57’, 2011
Producteur délégué : Tita Productions

Un voyage occitan explore la réinvention d’un folklore aux accents d’ici et d’ailleurs par des musiciens fous de musiques orales. Il nous envoie à la rencontre de ces musiciens qui ont créé de nouveaux styles de chants occitans.

Ils conjuguent la polyphonie avec la musique de transe berbère (Lo Cor de la Plana), la revue marseillaise avec le blues (Moussu T et lei Jovents), les repentistes brésiliens avec les joutes vocales (Fabulous Trobadors), le "scat" improvisé du jazz et le chant gascon (André Minvielle).

Le film nous fait partager la vie du trobador occitan à la manière d’un road movie, sur la Linha Imaginot entre Bordeaux et Nice.


CARNETS D’EXIL

Projection samedi 17 h

Un Paese di Calabria , de Shu Aiello et Catherine Catella, 90’, 2016

Rosa Maria a quitté son village un jour d’été 1931 pour en fuir la misère. Depuis les gens de Riace ont regardé les maisons se couvrir de lierre et les terres s’appauvrir. Ils ont l’habitude de scruter la mer depuis leurs collines et continuent de chérir leurs deux saints patrons Cosma et Damiano venus d’Orient.

Un jour, Baïram a accosté sur la plage de Riace avec deux cents autres Kurdesi. Les habitants les ont accueillis et, depuis, Baïram vit avec sa famille au village. Aujourd’hui, les gens de Riace s’appellent Roberto, Ousmane , Emilia, Mohamed, Leonardo, Taïra. Ils ne possèdent pas grand chose mais ils inventent au jour le jour leur destinée commune.


CARNETS DE LUTTES ET DE MEMOIRES

Projection dimanche 11 h

La guerre des filles , de Mylène Sauloy, 52’

De Paris à Kobané, en Syrie, du Kurdistan de Turquie au Sinjar en Irak, une immersion dans le mouvement des femmes kurdes luttant contre Daech, héritières d’une longue tradition de résistance.

Il y a plus d’un an, le monde saluait le courage des femmes kurdes des Unités de défense féminines (YPJ) qui avaient combattu pour libérer la ville symbole de Kobané, en Syrie, du joug djihadiste.

Aujourd’hui, kalachnikov en main, elles poursuivent leur résistance massive face à Daech, dans le Rojava, le Kurdistan syrien, comme au Sinjar, en Irak, vaillantes et militantes, des chants partisans aux lèvres.

Leur slogan ? "Femmes ! Vie ! Liberté !" Mais cette armée de femmes, formée
militairement et politiquement, qui porte haut le projet d’une société affranchie du patriarcat, s’inscrit dans un mouvement de résistance déjà ancien, créé il y a bientôt quarante ans en Turquie autour de Sakine Cansiz.

Cofondatrice du PKK, assassinée, avec deux autres militantes kurdes à Paris le 10 janvier 2013, cette icône a inspiré des générations de femmes. Elle est en outre à l’origine des communautés et des camps d’entraînement installés dans les montagnes du Qandil, au nord de l’Irak, qui rassemblent des femmes kurdes de la région mais aussi d’Europe, unies par un même idéal : construire des sociétés démocratiques, multiethniques et multiconfessionnelles pour, peut-être, changer l’histoire du Proche-Orient.

Suivant depuis plus d’une décennie ces héroïnes kurdes en treillis, Mylène Sauloy est allée une nouvelle fois à leur rencontre fin 2015, et s’emploie ici à restituer pas à pas leur héritage. Jeunes recrues ou plus anciennes, ces femmes, qui luttent en première ligne contre Daech, défendent dans le même mouvement – et le même sourire –, l’égalité et la parité.

Passionnant, ce documentaire en forme d’hommage montre comment une utopie salvatrice s’inscrit sur le terrain. Un féminisme vivifiant, servi par une remarquable maturité politique.


CARNETS DE LUTTES ET DE MEMOIRES

Projection dimanche 13 h

Belle de nuit , de Marie-Ève de Grave Belgique | 2016 | 74’

Entre la Suisse où éclôt et s’achève un parcours de vie insolite, une maison de prostitution et la prison à Munich, la lutte militante à Paris ou la vie à Alexandrie, s’esquisse le portrait de Grisélidis Réal, figure incontournable de l’histoire genevoise récente.

S’affirmant au cours des années 1970 comme l’une des meneuses de la "Révolution des prostituées" à Paris pour défendre la perspective de la prostitution comme choix, elle renchérit sur ce positionnement dans ses écrits : "La prostitution est un acte révolutionnaire " (GR). Une science et un humanisme surtout, pour une femme passionnée et libre, profondément féministe de façon aussi personnelle qu’individuelle.

Bâti sur de très riches archives, un récit au souffle romanesque, porté par un montage remarquable et par la fureur de vivre d’une héroïne contemporaine : "Que celui qui n’a pas véritablement aimé jette ce livre à la poubelle. Il y sera plus au chaud et au tendre dans les ordures que dans ses mains "(GR).
Reste son épitaphe, manifeste du triomphe de la volonté : "Grisélidis Réal, Écrivain – Peintre – Prostituée". (Emilie Bujès)


CARNETS D’EXIL

Projection dimanche 15 h, précédée du court-métrage "Disney Ramallah"

Ma famille entre deux terres , de Nadja Harek, 53’

À travers la petite histoire de la visite d’une fille à son père en Algérie, d’une fille à sa mère en Haute-Savoie, d’une soeur à sa fratrie, le film propose une démarche intime qui met en lumière les déchirements occasionnés par le « choix » d’immigrer.

L’histoire se construit autour de Mohamed, le père de la réalisatrice, ouvrier dans l’industrie du décolletage en Haute-Savoie pendant 40 ans, qui a choisi de retourner vivre définitivement en Algérie à sa retraite en 2000 ; et de Zinouna, sa femme, qui, depuis fait des allers-retours entre ici et là-bas.

À la génération suivante, celle de Nadja – la réalisatrice et narratrice du film - plusieurs de ses frères, qui sont nés et ont grandi en France, ont fait le choix de se marier avec des femmes de leur village natal en Algérie. Tandis que ses soeurs, moins tiraillées par leurs origines et le poids de la famille ont fait des choix de vie différents.


CARNETS DE PARTOUT ET D’AILLEURS

Projection dimanche 15 h, en première partie du film "Ma famille entre deux terres

Disney Ramallah de Tamara Erde - 16’47, 2014

L’histoire d’un père et d’un fils à Ramallah, confrontés au combat quotidien pendant la deuxième Intifada. L’un et l’autre s’efforcent de créer, à travers leur relation, un autre présent, fantastique et optimiste.

Alors que le père a des problèmes avec l’armée israélienne, le fils ne rêve que d’une chose : aller à Eurodisney pour son anniversaire.

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0